Quand on ne peut pas regarder faire les autres, comment comprendre et maîtriser son corps ?

Objectifs des activités ludiques

  • Connaître les noms des différentes parties de son corps
  • Savoir comment les différentes parties de son corps peuvent se mouvoir
  • Comprendre comment il peut utiliser son corps de différentes façons par exemple pour courir ou sauter
  • Sentir dans quelle position se trouve son corps à n’importe quel moment
  • Savoir utiliser son corps pour agir sur son environnement : tirer, pousser, lancer…

Pour le braille, il est indispensable que l’enfant ait une stratégie de recherche systématique pour trouver un objet à sa portée de manière à le préparer à la manipulation de livres et à ses explorations futures de pages.

Mouvements et connaissance du corps

  • Jouer à des jeux où l’enfant doit s’étirer en hauteur, en largeur, se rouler en boule, se plier en deux, se mettre au garde à vous, s’asseoir en tailleur, marcher à quatre pattes… L’encourager à s’étirer le plus loin possible pour atteindre un objet à partir d’un point fixe.
  • Nommer autant de parties du corps que possible, d’abord sur lui-même ensuite sur soi ou sur une poupée ( de type Action-Man, Barbie ou autres ). On pourra par exemple nommer les cinq doigts de la main : pouce, index, majeur, annulaire, auriculaire.
  • Jouer à « imite-moi », jeu dans lequel on bouge un membre (par exemple un bras ou une jambe) et où l’enfant doit sentir la position et reproduire le mouvement. On peut aussi s’essayer à ce jeu avec une poupée.
  • Jouer à « Jacques a dit ». Jacques a dit de lever les bras ou de taper du pied, l’enfant doit le faire. Si l’enfant ne connaît pas sa droite de sa gauche, on peut au début lui mettre un gant sur une de ses deux mains pour qu’il identifie la main à bouger.
  • Faire une découpe du corps de l’enfant en carton ou papier et la punaiser sur un mur. Cela peut parfois être difficile à obtenir de l’enfant mais si l’on réussit à faire le contour de sa silhouette et à la découper, on dispose ensuite d’une référence pour montrer à l’enfant de combien il a grandi et forci.
  • Jouer avec de la pâte à modeler en lui demandant d’essayer de se représenter lui-même
  • Faire des masques en papier mâché pour apprendre les détails du visage.
  • Jouer à un jeu d’imitation où l’enfant peut marcher à pas feutrés comme un chat, ramper comme un vers, marcher comme un soldat, sauter comme un kangourou
  • Jouer au jeu « suis-moi » en se déplaçant d’une certaine façon et en demandant à l’enfant de reproduire l’image qu’il en a.
  • Saisir toutes les opportunités pour essayer de nouvelles façons de bouger :
  • Faire un parcours avec des obstacles en utilisant des meubles ou des jeux pour enfant. L’enfant devra grimper ou ramper.
  • Rouler sur une pente herbue, éclabousser, nager, monter à vélo
  • Trouver un bac à sable pour essayer le saut en longueur
  • Trouver un petit muret à escalader ou d’où sauter
  • Utiliser un vieux matelas comme trampoline
  • Jouer dans une piscine à balles ou dans les structures gonflables de centres commerciaux ou de centres de loisirs.
  • Courir normalement. Comme il ne peut pas voir les autres enfants courir, l’enfant aveugle ne peut adopter un style naturel. Il est courant de voir un enfant aveugle commencer à courir en ayant les jambes raides. Délimiter par exemple un périmètre avec une corde arrivant au niveau de la taille pour que l’enfant puisse courir librement sans crainte de se cogner.
  • Développer son équilibre en jouant avec des échasses, des échasses à ressort, des rollers. Les skateboard permettent aussi de développer le sens de l’équilibre. On peut démarrer assis et ensuite progressivement de lever.
  • L’encourager à grimper. Utiliser les murs d’escalade dans les parcs avec un sol adapté
  • Attraper et faire rebondir une balle en utilisant une balle sonore de préférence au début. Jouer au football avec une balle sonore

Maîtrise du corps dans l’espace

  • Se mesurer, mesurer la famille et les amis en conservant la hauteur au moyen de marques tactiles successives (entailles, …).
  • Mesurer la longueur, la largeur et la hauteur d’une pièce : « est ce que c’est plus loin que de la cuisine à la salle de bains ? »
  • Constituer une collection d’empreintes des mains et pieds de l’enfant sur une période de plusieurs mois pour lui permettre de comprendre qu’il grandit. Utiliser ses empreintes pour comparer la taille des choses par rapport à ses mains.
  • Estimer la largeur et la hauteur du trottoir, la longueur d’une voiture en comparant avec sa taille et les objets familiers
  • Développer le sens du temps qu’un parcours prend. Cela est plus utile qu’une distance en mètres que l’enfant aura du mal à se représenter pour les longues distances
  • Jouer à des jeux qui utilisent vers la gauche, vers la droite, vers le haut, vers le bas, vers l’avant, vers l’arrière. Suivre avec exactitude les ordres donnés. Ultérieurement, sauter en l’air en faisant un tour complet.
  • Suivre le mur et ses coins sans les toucher.
  • Jouer à la chasse au trésor où l’enfant enterre le trésor à un endroit du jardin, s’éloigne ensuite pour le retrouver.

Développement de la confiance en soi

  • Pousser un camion ou un chariot devant soi. Ainsi, c’est le chariot qui percute le mur et pas l’enfant et cela devient ludique.
  • Utiliser des coussins comme protection dans les espaces de jeux, les espaces de « bazar ».
  • Expérimenter différents type de surfaces comme le sable et l’herbe qui sont des surfaces sur lesquelles il est agréable de courir.
  • Mettre des surprises sur le chemin par exemple du papier à bulles, des pots de yaourt, de la cellophane…
  • Traîner sa main le long des murs et en deviner le revêtement (papier peint, briques, béton, grilles en fer, palissades en bois). Décrire à l’enfant les matières lui permet de comprendre pourquoi certains murs renvoient l’écho différemment.
  • Montrer le mobilier urbain durant les promenades (lampadaires métalliques froids et ronds…). Expliquer de quoi il s’agit et compter les pas jusqu’au suivant par exemple. Les panneaux de signalisation ont une circonférence plus petite, expliquer à quoi ils servent, cela permet de faire comprendre par exemple quand et pourquoi on peut garer la voiture.
  • Appeler d’une cabine téléphonique. Toucher l’extérieur et l’intérieur. A l’intérieur, faire remarquer comme les bruits de la rue sont étouffés et dès que la porte est ouverte, comme ils deviennent plus forts.
  • Envoyer une lettre. Toucher la boîte à lettres et les différents types de boîtes à lettres.
  • Explorer les troncs d’arbre. En touchant différents types de troncs d’arbre, l’enfant se construit une représentation mentale de ce qu’est un arbre avec ses différentes tailles et ses écorces très rugueuse ou très lisses.

1 visiteur a déjà commenté cet article

  • Corps - 16 mai 2013 15:12

    La psychomotricité est un métier encore peu connu qui permet à l’enfant (aveugle entre autres) d’explorer les possibilités que lui offre son corps. Cela peut se faire en institution (CMP, CMPP, IME, hopital de jour...) ou en libéral.
    Il est très important que l’enfant aveugle soit stimulé pour pouvoir comprendre son corps et interagir avec son environnement.

    repondre message

Je commente cet article

Je fais un don à l'association.

J'ai une idée : je participe !

Accéder à la page Facebook Accéder à la page Twitter Accéder à la page YouTube Accéder aux tableaux Pinterest

Copyright logo enfant-aveugle